BIO

After graduating with a BA in art history, Nelly-Ève Rajotte undertook a second undergraduate degree at the École des arts visuels et médiatiques (UQAM), which led to a master’s degree in 2006. numerous exhibitions in Québec – at the SAT, the Darling Foundry, Parisian Laundry, Occurrence, Clark, Optica and Circa among others – her works have been presented in several festivals across Europe, even Russia and Mexico.  Her works have been broadcast in many festivals in Canada – MUTEK, Antimatter Underground Film Festival, Festival International du film sur l’art, and several festivals around the world – International short film festival of Berlin and Official Selection at Transmediale Berlin (Germany), Otherworldly, Manchester UrbanScreens (UK), EXiS (Korea), Moscow International film Festival and Finnish Contemporary Art Fair.

Multidisciplinary artist Nelly-Ève Rajotte works at the confluence of performance, video and installation. Known among others for her monumental projections, Rajotte is interested in the sensory condition of the spectator experience. She investigates the relationship in space and probes the arborescence of physical sensations and psychological states registered through perception. In this sense, her joint work of image and sound reflects a certain alterity of representation and experience.

Around the recurring figure of the landscape, Rajotte takes a romantic approach where tension and opposition interplay with composition used to explore the building process of the images. She borrows from cinematographic strategies, editing effects and staging that not only transform, but aesthetize reality. The landscape is refined and fragile, and the landscape is thus asserted through the artist’s operations as a cultural object. Her sound accomplishes this unnatural shift of images, weaving around her some sort of atypical universe to the point anxiety. The acoustic environment doubles the sensory experience of the work by simultaneously conflicting and supporting the image’s narrative. These frames meet, repel each other and destabilize their reception, in sort, they challenge the heart of the work.

Her approach is distinguished by its clear interest in perception and she radicalizes its scope. This monitoring exercise is not motivated by technological devices, but by organizing an open environment on interpretation.  Her compositions are like those of a painter working to augment the fundamental temporal dimension of an experience. Image and sound materialize in time, attract attention, registers in a given space and finally gives in to convey the full power of the work.

 

______________________________________________________________

Après un baccalauréat en histoire de l’art, Nelly-Ève Rajotte entreprend un second diplôme de premier cycle à l’École des arts visuels et médiatiques (UQÀM), formation qui se solde par l’obtention d’une maîtrise en 2006. Outre de nombreuses expositions en sol québécois – à la SAT, la Fonderie Darling, Parisian Laundry, Occurrence, Clark et L’Oeil de Poisson, Optica parmi tant d’autres – ses œuvres ont été diffusées dans plusieurs festivals à travers l’Europe, de même qu’en Russie et au Mexique. Ses œuvres ont été diffusées dans plusieurs festivals au Canada (MUTEK, Antimatter Underground Film Festival, Festival International du film sur l’art), ainsi que plusieurs festivals à travers le monde, International short film festival of Berlin and Official Selection Transmedial.08 Berlin,(Allemagne), Otherworldly, Manchester UrbanScreens,(UK), EXiS2007,(Corée), Moscow International Film Festival and Finnish Contemporary Art Fair, Taide08.

Artiste multidisciplinaire, Nelly-Ève Rajotte œuvre au confluent de la performance, de la vidéo et de l’installation. Reconnue entre autres pour ses projections monumentales, Rajotte s’intéresse aux conditions sensibles de l’expérience spectatorielle. Elle investigue la relation à l’espace et sonde l’arborescence des sensations physiques et des états psychologiques inscrits dans la réception. Son travail conjoint de l’image et du son reflète en ce sens une certaine altérité de la représentation et de l’expérience.

Autour de la figure récurrente du paysage, Rajotte adopte une posture romantique où les tensions et jeux d’opposition de la composition permettent d’explorer les processus de construction de l’image. Elle emprunte aux stratégies cinématographiques des effets de montage et de mise en scène qui non seulement transforment, mais esthétisent la réalité. Épuré et fragile, le paysage s’affirme ainsi à travers les opérations de l’artiste comme un objet culturel. Le son accompli ensuite ce glissement « hors nature » de l’image en brodant autour d’elle un univers atypique quasi anxiogène. L’environnement sonore double le potentiel sensible de l’œuvre en niant ou exaltant le discours de l’image. Ces trames se répondent, se repoussent et déstabilisent la réception qu’elles remettent en somme au cœur de l’œuvre.

La démarche de Rajotte se distingue par son intérêt manifeste pour la perception dont elle précise et radicalise la portée. Cet exercice de contrôle n’est pas motivé par les artifices technologiques, mais bien par l’organisation d’un environnement ouvert sur l’interprétation. Son travail de composition s’apparente alors à celui du peintre qu’elle augmente d’une dimension temporelle fondamentale de l’expérience. Le temps matérialise l’activité de l’image et du son, il captive l’attention, l’inscrit dans un espace donné et consent enfin aux sens le plein pouvoir sur l’œuvre.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s